Incisioni del traduttore n° #1832
21 Febbraio 2024

Ils en cannibalisent avidement le cœur, qui reste là en tant que écorce vide, tel un vieux drôle d’engin privé de vie. C’est ainsi que, l’œil méchant et froid, les moineaux dévorent les grains, encore palpitants eux, de blé.

Per profondo che
sembri, basta la luna a
tappar il pozzo


Condividi