Incisioni del traduttore n° #480
22 Dicembre 2019

Rester trop longtemps dans un centre commercial, égaré dans les dédales des vitrines se ressemblant toutes, enseveli sous des plafonds très épais alourdis par de nombreux tuyaux et rendus encore plus bas par les affiches ou les décorations – surtout à l’approche des énchères ou des fêtes –, plongé dans la masse floue de la foule, puis privé d’air frais et de la moindre stimulation intellectuelle, hormis cette espèce de lumière scialytique qui ne sort d’autre effect que nous anesthésier, bref, c’est déjà avoir été piegé par une stratégie mise en place pour affaiblir la volonté du client, le conduire de la sorte à souspendre son jugement, amoindrir sa confiance en lui-même, abolir sa capacité de discernement, annuler sa conscience critique – du moins, me semble-t-il.

Come il nero, del resto, il rosso assorbe tutti gli altri colori, della festa.

C’è il suo stesso nipote inquieto, nello scrittore malfermo sulle gambe legnose della sedia.

Non sarà uno scrittore a trovare la cura per la calvizie, l’osteoporosi o l’artrite reumatoide. Ma contro il tempo? (Abbiamo fiducia nella Ricerca.)


Condividi